Les Fantômes de Century de Sarah Singleton est paru aux éditions PLON en Octobre 2006 :)

 

Quatrième de couverture : Mystère dans un manoir lugubre du XIXe siècle en Angleterre. Deux jeunes sœurs, sous l'autorité d'une gouvernante revêche, y vivent dans une soumission absolue. Des fantômes mystérieux vont et viennent mais ne se montrent qu'à Mercy, l'aînée. Un jour, un nouveau fantôme apparaît. C'est une jeune femme prise sous la glace du lac. Mercy, pour la première fois de sa vie s'interroge : qui sont ces fantômes ? Pourquoi est-elle la seule à les voir ? Qui peut l'aider à résoudre le mystère de leurs apparitions ? Doit-elle faire confiance à sa sœur ? Comment sortir du malaise et de l'oppression qu'elle ressent chaque jour davantage ?

                                           1052204_3026150

Mon avis : Mercy et Charity sont deux jeunes filles qui vivent sous le joug d'une gouvernante qui ne fait qu'appliquer les ordres de leur père absent, celui-ci erre dans le manoir sans jamais que personne le trouve, il faut être convoqué pour le voir et croyez-moi il ne vaut mieux pas l'être. Un matin Mercy qui a la faculté de voir les fantômes croise le chemin d'une dame dans un lac gelé, en rentrant dans la manoir elle semble être plus averti à son monde comme-ci quelque chose avait changé, elle se demande pourquoi l'hiver est éternelle ? Pourquoi ne vivent-elles que la nuit ? Pourquoi elle est la seule à voir les fantômes ? Plongée dans un hui-clos sombre et malsain Mercy tente de suivre la petite fille qui hurle dans le couloir quand elle plonge dans une sorte de faille spatio-temporelle, faille qui s'avère être une des pièces de sa prison celle où son père les a enfermé pur toujours dans la nuit sombre et froide où rats, araignées et fantômes se mêlent pour nous coller des frissons au long des 280 pages du roman. Elle rencontrera Claudius, son oncle, qui lui aussi prisonnier lui indiquera comment faire pour quitter la prison. Mais son monde s'effrite, elle pense devenir folle, on l'enferme dans une piève puant le moisi sans drap, ni manger, pendant combien de temps ? Elle n'a pas la notion du temps. Mercy du haut de ses 12 ans fait montre d'une grande maturité mais au juste qu'elle âge a-t-elle réellement ? Et sa soeur Charity ? Une éternité ? Claudius parle d'un siècle, car les Verga pourraient vivre des siècles entiers sans jamais trouver la mort. Un alchimiste fou, de la sorcellerie, des fantômes, des poupées de chiffons réanimées ? Et si tout cela était faux ? Comment leur père Trojan a pu leur infliger cette prison où l'on vit en boucle la même journée ? 


Angoissant, malsain et prenant aux tripes ce roman rappelant les codes du romans victoriens hantera vos nuits, non pas qu'il soit effrayant mais l'effet de huis-clos vous jouera des tours à coups sûr. J'ai été vraiment agréablement surprise par la maturité de Mercy qui n'a que 12 ans car j'avais peur que son âge ne donne une position trop enfantine sur l'histoire mais que nenni c'est même tout le contraire. Le phrasé de Srah Singleton peut paraître étrange au début, j'ai même pensé ne pas accroché, mais je voulais trop savoir comment s'en sortirait Mercy et sa famille. Je voulais savoir si sa mère était toujours en vie et si oui dans quel espace temps elle était prisionnière, je voulais savoir quel rôle jouait l'oncle Claudius. Et nous savons que si l'histoire nous alerte autant c'est forcement que le livre est bon. Je ne voudrais vraiment pas être une Verga ça c'est sûr, Srah nous amène dans les pronfondeurs d'une famille qui a perdu toute étincelle de vie et qui fera naître en vous par moment la morosité mais le combat et l'acharnement de Mercy est un appel à la révolte, un appel à la vie qui nous dit que rien n'est jamais fini, rien n'est jamais perdu. Une belle leçon de vie dans une littérature surnaturelle, à lire absolument !

                                  DSC_0023